Skip to Content

Venezuela: Mendoza, victime ou coupable ?

4
Moyenne : 4 (1 vote)

« Quand l'accusateur est en même temps le juge, c'est la force et non la loi qui décide. »

Un groupe de députés « officialistes » proche des tendances chavistes, à dénoncer ce mercredi le PDG des entreprises polar, numéro un de la firme alimentaire au Venezuela, pour trahison envers son pays.

C’est sur un document audio diffusé par Diosdado Cabello, président de l’Assemblée, que repose toute cette enquête. Dans ce document, on entend l’accusé discuter avec l’économiste Ricardo Haussman au sujet d’une aide financière offerte au Venezuela par le front monétaire international (FMI). Les faits qui lui sont reprochés sont simples : Mendoza n’avait aucun droit de passer des accords au nom de la république vénézuélienne, les accusateurs considérant même que Mendoza est allé jusqu’à violer la constitution en usurpant le rôle de président de la République.

Si les politiques en place ont trouvé en Mendoza un bouc émissaire, l’accusant et trouvant de nombreuses preuves contre lui, il ne s’agit pour les opposants que d’une stratégie de campagne politique à la veille des élections parlementaires du 6 décembre, visant à placer Mendoza comme étant à la source de la crise. Pour le gouvernement, Mendoza est le coupable idéal pour être présenté comme le responsable de tous les maux du pays. En effet, issu d’une des familles les plus riches du pays, Mendoza incarne à la perfection les perversions du monde moderne : le capitalisme, la bourgeoisie et les monopoles.

Bien que 3ème fortune de son pays, Mendoza est pourtant considéré par de nombreuses personnes comme une personne dont la préoccupation sociale est forte, comme le montre l’exemple de ses nombreuses aides sociales qu’il a développé ces 10 dernières années.

Voila donc aujourdhui un exemple de plus montrant les dérives du régime de Maduro.

source: http://www.bbc.com/mundo/noticias/2015/10/151021_venezuela_polar_mendoza...
BBC Mundo, Venezuela: chavismo denuncia Lorenzo Mendoza, magnate de Empresas Polar por "traición a la patria", paru le 21 octobre 2015