Skip to Content

tensions frontalières au Venezuela

3
Moyenne : 3 (1 vote)

Durant près de un mois, le Venezuela a connu de fortes tensions avec son voisin colombien. En efffet , à la fin du mois d'août dernier, le gouvernement colombien a reproché a son homologue voisin l'expulsion de plus d'un millier de ses ressortissants. cette crise s'est ensuite développé de manière exponentielle allant jusqu'à la fermeture d'abord partielle puis finalement totale des frontières entre les deux pays. Leurs espaces aériens ont également été fermés, et de nombreuses accusations ont été émises d'un coté comme de l'autre envers le pays opposant. On peut considérer comme le paroxysme de cette crise, le rappel des ambassadeurs dans leurs pays respectifs.

C'est en début de semaine que les deux pays opposants représentés par leurs présidents respectifs, Juan Manuel Santos pour la Colombie et Nicola Maduro pour le Venezuela, ont décidé de se rencontrer sous le regard objectif du président d'Uruguay ( actuel président de l'organisation Interétatique MERCOSUR) ainsi que du président équatorien Rafael Correa, au palais de Carondelet en Equateur.

C'est finalement après cinq heures de discussions interprétées comme courtoises et productives par les témoins, que les participants sont sortis le sourire aux lèvres. Pour Maduro : " la paix a gagné". Ainsi, après un mois de tensions palpables entre les 2 pays, c'est désormais sous le signe de la fraternité Étatique que les deux politiciens posent et s'expriment devant les caméras internationales.

Cependant , chaque pays a dû faire des concessions. bien que les premières conséquences de cette réunion furent la reprise de fonction immédiate des ambassadeurs, la Colombie reconnait enfin les difficultés de son voisin face au milices paramilitaires qui gangrènent son réseau de gazoducs. Les Colombiens se disent prêts à offrir leur aide au Venezuela mais le président Santos exige en contrepartie la création d'un "corridor humanitaire" permettant aux enfants élèves des familles expulsées et habitant en zones limitrophes de poursuivre leurs cursus scolaire.

Ainsi, bien que le conflit soit résolu entre les deux pays, on peut se demander si la présence des milices dans les zones limitrophes, qui limitent les echanges de produits brutes entres les deux pays ne pourrait pas continuer à avoir un impact négatif sur les relations neuves et fragiles entre le Venezuela et ses voisins.

source: BBC Mundo, "Venezuela y Colombia acuerdan normalizar la frontera"
http://www.bbc.com/mundo/noticias/2015/09/150921_encuentro_santos_maduro...
article du 22 septembre 2015