Skip to Content

Le FMI chiffre le désastre économique vénézuélien

5
Moyenne : 5 (1 vote)

Alors que le gouvernement de Nicolás Maduro ne communique aucune information sur son économie, le Fonds Monétaire International a publié mardi 6 octobre 2015 des chiffres catastrophiques.
Le Venezuela connaît une inflation extraordinaire, une baisse d'activité impressionnante digne d'un pays en guerre et une augmentation du chômage incroyable.

En 2014, le PIB vénézuélien a chuté de 4%, le FMI prévoit une baisse de 10% pour cette année et une diminution de 6% en 2016. Il retrouvera alors son niveau de 2006 soit une perte en trois ans représentant un cinquième du PIB. Le FMI prévoit même que le pays sera en récession jusqu'en 2019.
Cette chute d'activité est dû à la baisse des prix du pétrole mais surtout à la gestion désastreuse de l'économie par le gouvernement en place.

L'impact de cette baisse d'activité sur le chômage est très important. En 2014, le chômage était de 8%. Il est prévu qu'il atteigne 14% en 2015, 18,1% en 2016 et 28% en 2020 ! A titre de comparaison, le chômage atteindra selon les prévisions 8,9% en 2016 en Colombie, pays voisin.

A cela, il convient d'ajouter le problème de l'inflation (abordé dans un article précédent par P. Jougla). Le gouvernement de Nicolás Maduro pensait résoudre le problème en plafonnant les prix mais le résultat de cette mesure est une pénurie des produits de premières nécessités et le développement du marché noir et de la contrebande.
L'inflation devrait atteindre 158,1% cette année et 204,1% en 2016. Les prix seraient donc multipliés par huit en deux ans !

Cette gigantesque augmentation des prix implique la réévaluation du taux de change. Le taux de change officiel est de 6,3 bolivars pour un dollar. Mais, sur le marché noir, un dollar s'échange contre 800 bolivars. Comme le prix de l'essence est gelé depuis de nombreuses années, il est possible d'acheter plus de 20 litres d'essence pour 2 bolivars soient 0,2 centimes de dollar. Cependant, les salaires non plus n'ont pas augmenté. Un professionnel qualifié gagne donc l'équivalent de 20 à 30 dollars par mois.
Le pays est donc très cher pour ses habitants mais très bon marché pour ceux qui ont des dollars.

6 octobre 2015
Source : http://economia.elpais.com/economia/2015/10/06/actualidad/1444112378_266...