Skip to Content

La stratégie politique provocatrice de Maduro

5
Moyenne : 5 (1 vote)

Nicolás Maduro commence à mettre en place des stratégies afin de compliquer la tâche de la nouvelle assemblée qui prendra place en janvier.

Après avoir dans un premier temps accepté les résultats et s'être félicité du triomphe "de la constitution et de la démocratie", le président vénézuélien a repris son discours incendiaire habituel et il a appelé mercredi, devant ses partisans, le "peuple révolutionnaire" à lutter contre la "guerre économique" imposée par l'opposition.
Le jeudi, il a réuni en congrès près d'un millier de délégués du Parti Socialiste Unifié du Venezuela pour analyser les raisons de la défaite mais surtout pour réaffirmer son leadership du projet bolivarien.
L'irruption musclée d'un groupe d'activistes violents lié à Maduro dans une cérémonie d'un ex-ministre de Chávez aujourd'hui dissident met en avant la dérive dangereuse d'un sectarisme trop important qui ne pourrait qu'aggraver la situation déjà critique.

Mais les décisions les plus graves sont celles destinées à se servir des institutions pour s'opposer aux initiatives de l'opposition qui représentera deux-tiers de l'Assemblée Nationale.
Nicolás Maduro a nommé 12 magistrats du Tribunal Suprême pour bloquer les résolutions de la nouvelle chambre avant même que celle-ci soit constituée. De plus, alors que l'opposition a demandé une amnistie des prisonniers politiques, la juge qui a mis en prison le leader de l'opposition Leopoldo López s'est vu attribuée le titre de Défenseur du Peuple.
Cela semble faire partie d'une stratégie de provocation, au même titre que les mesures prises pour contrôler la télévision de l'Assemblée Nationale.

Editorial de El Pais - 12 décembre 2015