Skip to Content

L'OEA dresse le bilan des élections municipales paraguayennes

5
Moyenne : 5 (1 vote)

Le 15 novembre, les élections municipales se déroulaient au Paraguay. L’OEA (Organisation des Etats Américain), une organisation regroupant l’ensemble des Etats d’Amérique, dresse un bilan contrasté de ces élections. Au total, la mission électorale de l’OAE a déployé 24 observateurs sur le territoire paraguayen, permettant le contrôle de 550 bureaux de vote.

De nombreux problèmes de transparence et de régulation

Hugo de Zela, le chef de la mission de l’OEA considère que les régulations liées au financement des compagnes comportent des faiblesses importantes. En effet, le système de financement politique et électoral n’a pas suffisamment de fonds pour assurer la transparence, empêchant le contrôle des flux de ressources publique et de leur utilisation lors des campagnes politiques. Ainsi, trois partis de l’opposition ont dénoncé le retard du gouvernement dans le versement des fonds qui leur étaient dus pour leur campagne.
L’OEA a également dénoncé un manque de pluralité dans les bureaux de votes et incité à une meilleure formation des personnels.
Enfin, l’OEA a rappelé la prohibition de pratiques visant à influencer les électeurs et impactant négativement le processus démocratique.

Une parité loin d’être atteinte

L’OEA a également fait part de ses « préoccupations » quant à la représentation féminine en politique. En effet, elles ne représentaient que 10% des candidatures au poste de maire, et 36% pour les conseils municipaux. Ces faibles taux peuvent s’expliquer par l’absence de quotas, tel que le quota à 20% de femmes par listes pour les élections internes des partis politiques. Le chef de mission de l’OAE a ainsi recommandé la mise en place de la parité progressive, assortie de sanctions pour les listes ne la respectant pas.
Rappelons que le Paraguay est le quatrième pays avec la plus faible représentation féminine en politique. (Pour en savoir plus: Article Latinioo du 29 septembre)

Mais des efforts salués

Néanmoins, l’OEA a tenu à souligner quelques points positifs. D’abord, le chef de la mission a félicité les citoyens pour le taux de participation élevé des élections : près d’un paraguayen sur deux a participé au vote. Ensuite, De Zela a félicité la rapidité avec laquelle les résultats préliminaires ont été diffusés. Enfin, il a encensé le programme mis en place pour permettre la participation des personnes handicapées, malgré des améliorations à prévoir.

Le chemin vers la démocratie paraît encore semé d'embûches.

Article source: OEA pide "transparencia" en financiación política, le 16 novembre 2015.