Skip to Content

Une vision du Panama méconnue aux yeux du monde

3
Moyenne : 3 (1 vote)

Selon El Pais, 06/12/2014, d'après un article écrit par Guillermo A. Cochez ambassadeur du Panama à l'OEA (Organisation des Etats d’Amériques) entre 2009 et 2013.

Le Panama est un petit pays mais avec une des croissances économiques les plus élevé du le monde (une moyenne de 8,5% au cours des 10 dernières années). Le pays attire également avec un taux d’investissements étrangers par habitant le plus fort d’Amérique Latine. Le Panama est en effet un pays qui respire économiquement parlant.
Panama City appartient à la liste des villes d’Amériques où l’on compte le plus de gratte-ciels. Les touristes sont toujours émerveillés par Casco Viejo (le centre historique de la capitale) et impressionnés par le canal de Panama ainsi que par son histoire. La société aérienne panaméenne COPA est l’un des acteurs majeurs d’Amérique latine dans ce domaine. On peut aussi citer l’aéroport de Panama City, un des plus important d’Amérique latine.

Pourtant le pays peine à combattre la pauvreté, en effet 25% de sa population est considérée comme pauvre. La pauvreté est concentrée principalement dans les zones autochtones. C’est aussi un des pays ayant la plus mauvaise réussite scolaire malgré des dépenses énormes dans le domaine de l’éducation. La courte expérience démocratique du Panama (depuis 1989), rend ces institutions fragiles et affecte la sécurité et la stabilité juridique. La corruption des politiques du gouvernement de Ricardo Martinelli (l'ancien président panaméen) a ralenti les progrès en matière de logement, santé, alimentation et d’infrastructure des classes les plus démunies.
En effet plusieurs plans ont été orchestrés pour corrompre la justice, acheter le vote de députés et pour détourner des fonds de travaux publics et ainsi augmenter les commissions. De nombreux pots de vin ont été versés aux politiques et fonctionnaires du Panama et on constate également un réel manque de transparence dans de nombreux contrats avec des compagnies étrangères.

Plusieurs juges et des collaborateurs de Martinelli sont actuellement poursuivis par la justice du fait de ces corruptions. Le début de mandat de Juan Carlos Varela, un ingénieur industriel au pouvoir depuis 5 mois, a été jusqu'à présent porteur d’espoir pour les Panaméens, notamment au niveau de la corruption des fonctionnaires. En effet, les sondages lui indiquent presque 80% de popularité. Il est estimé que durant les 5 années au pouvoir de Martinelli, 4 milliards de dollars ont été volés ou gaspillés. Les Panaméens accordent donc beaucoup d’importance à l’incarcération des responsables de la corruption.

C’est donc un Panama qui se voie grandissant, mais avec beaucoup de défis à relever. Le pays pourrait grâce aux travaux d’extension du canal de Panama, devenir la plateforme logistique d’Amérique Latine.

Lien de l'article :
-http://internacional.elpais.com/internacional/2014/12/06/actualidad/1417825415_808259.html