Skip to Content

Les PME espagnoles séduites par le Pérou

5
Moyenne : 5 (1 vote)

Grâce aux nombreux investissements espagnols, le pays connait depuis plus de dix ans une croissance économique annuelle de 5%. Il fait désormais face aux quelques pays d’Amérique Latine comme le Mexique ou le Brésil, déjà prisés par les investisseurs étrangers.

On distingue deux périodes pendant lesquelles l’Espagne a montré son intérêt vis-à-vis du Pérou. Dans les années 90 tout d’abord, ou ce sont de grandes compagnies espagnoles notamment qui ont contribué au développement des services publics péruviens, et plus récemment depuis le début des années 2000. Au total, ce sont aujourd’hui 422 entreprises espagnoles qui sont présentes dans le pays dont 345 d’entre elles sont des PME (petites et moyennes entreprises). En plus d’une croissance économique forte, ces entreprises ont également permis l’embauche de 500 000 personnes.

S’installer au Pérou prend cependant du temps. Plus que dans les autres pays du continent sud ou le processus est déjà bien en place : en effet, d’après une étude de Doing Business publiée annuellement par la Banque Mondiale, il faut en moyenne 26 jours pour entamer des négociations au Pérou, c’est 20 de plus qu’au Chili. Des difficultés concernant l’adaptation peuvent également freiner l’arrivée des investisseurs ou encore ralentir leur activité. Les travailleurs péruviens sont effectivement beaucoup moins productifs et la qualité de leur travail n’est pas aussi bonne comparée aux pays très développés comme les Etats Unis.

Le Pérou ne peut donc compter uniquement sur les investissements étrangers pour développer son économie et le FMI l’a particulièrement fait savoir : le pays doit trouver de nouveaux ressorts pour sa croissance et d’après Hugo Perea économiste à la BBVA (Banco Bilbao Vizcaya Argentaria), il ne semble pas en manquer. Le gouvernement a effectivement des projets de travaux publics sous la main qui permettraient à la population et notamment aux classes moyennes de retrouver une activité ce qui stimulera l'économie et en conséquence, la croissance.

Source : http://economia.elpais.com/economia/2015/11/20/actualidad/1448019341_372..., El Pais, 22 noviembre 2015