Skip to Content

Les ONG créatrices de développement social

5
Moyenne : 5 (1 vote)

Suite à l'augmentation soutenue du PIB péruvien en 2008, la banque mondiale a décidé de changer le statut du pays en le considérant désormais comme un pays au revenu moyen élevé.

Cette décision a un impact considérable sur l'implication des ONG au Pérou. En effet, la distinction a pour conséquence que le Pérou n'est plus aujourd'hui la priorité des agences de coopération internationales. On peut notamment constater une baisse de 26 millions d'euros au niveau des flux envoyés par les aides internationales.

Pourtant, malgré les données positives macroéconomiques, le pays reste hautement inégalitaire.
En effet, selon l'INEI ( l'institut national de statistiques et de l'informatique péruvien), une personne vivant en zone rurale avait en 2004 deux fois plus de chance d'être pauvre qu'une personne en zone urbaine. En 2013, ce pourcentage à triplé !
Il est vrai qu' une partie de la population est exclue. C'est le cas par exemple des femmes et des indigènes qui profitent d'un accès très limité dans les domaines de la santé ou de l'éducation et sont discriminés en matière de salaires. Effectivement, les inégalités salariales sont choquante entre un homme et une femme. Un homme gagnerait 70 % plus qu'une femme pour un travail similaire.

De plus, le Pérou reste un pays instable politiquement. La population se méfie à juste titre du gouvernement trop souvent relié à des affaires de corruption et à un manque de transparence. On peut remarquer dans ce contexte, une insuffisance notable de participation des citoyens.

Ces faits montrent bien la nécessité d'interventions internationales et le besoin de soutien aux populations souffrant d'exclusion.
Sans soutien, les organisations comme ONGAWA qui luttent contre ces situations discriminatoires dans les zones rurales devront continuer les effort en faisant plus mais avec moins de moyens.
Les actions de différentes ONG ont aidé des population enclins à subir ces discriminations qui n'avait pas de sources de revenus régulière à se spécialiser, croire en elles, se lancer avec leur propre savoir dans des activités qui leur permettent aujourd'hui de vivre désemment. De nombreux exemple mettent en évidence l'impact positif que peuvent avoir ces interventions sur la population.

Marta Ortega, une représentante de ONGAWA (une organisation qui met la technologie au service du développement humain) considère la coopération des ONG comme primordiale. Il s'agit pour elle de mettre aussi en place des mécanismes durables de défense et d'exercice des droits de l'Homme.

lien: http://elpais.com/elpais/2015/12/04/planeta_futuro/1449245006_813544.html
titre: Lo que da sentido a nuestro trabajo
date: 15/12/15