Skip to Content

La construction du canal intérocéanique reportée fin 2016

5
Moyenne : 5 (1 vote)

La société chinoise HKND, responsable de la construction du grand canal interocéanique du Nicaragua a annoncé que les travaux allaient débuter fin 2016. Un départ encore retardé sans vraiment de grandes justification.

Le projet a été officiellement inauguré le projet en Décembre 2014, une cérémonie à laquelle ont assisté la direction du président Daniel Ortega. Ce jour-là, Mr Wang, l’homme d’affaire chinois directeur de HKND a posé la première pierre de ce grand projet, mais depuis, les grands travaux de construction n’ont pas été effectués.

Emplacement du projet

Le canal sera étendu sur 278 kilomètres, traversera le pays des Caraïbes au Pacifique et permettra le passage de très gros cargos, qui ne peuvent pas passer par le canal de Panama. Les travaux d’excavation nécessaires provoquent l’expropriation des terres, affectant des milliers de Nicaraguayens qui vivent près de l’itinéraire du projet. En effet de nombreux ports, aéroports, zone de libre-échange seront construites en marge de ce projet. "Avec notre travail, le pays va devenir plus fort, et le peuple va devenir plus fort" a promis Wang.

L'annonce du retard des travaux a coïncidé avec une réunion d'experts internationaux, convoquée à Managua par l'Académie des sciences du Nicaragua. Ils ont discuté de l'évaluation de l'impact social et environnemental du projet fait par la société britannique Environmental Resources (ERM). Des scientifiques de tous les pays et tous les domaines (biologie, génie civile, marine, hydrologie, sismologie…) ont participé à cette réunion. Selon eux, le projet se heurte à de nombreux risques et ne précise pas les mesures à prendre pour préserver l'environnement. Dans sa déclaration finale, ce groupe de chercheurs a recommandé «d’arrêter le projet, analyser les impacts et les risques quantitativement, puis prendre les mesures appropriées."

Le gouvernement du Nicaragua a dénoncé les conclusions des scientifiques. Manuel Coronel Kautz, Président de l'Autorité nationale du Grand Canal, dit que les experts n’ont rien préparé avant de tirer des conclusions et ne sont pas impartial car payé par des personnes voulant défendre cette idée.

Le canal a généré une forte opposition au Nicaragua notamment des communautés scientifiques, des organisations environnementales et des droits humains, mais principalement des milliers d'agriculteurs qui vivent dans la zone concernée par l’itinéraire, qui ont organisé 53 manifestations dans tout le pays.

http://internacional.elpais.com/internacional/2015/11/25/america/1448474...
El Pais
26/11/2015