Skip to Content

Brésil, la mémoire de l'esclavage refait surface

3
Moyenne : 3 (1 vote)

La commission de la vérité sur l'esclavage noir a appelé le gouvernement à présenter ses excuses. La pays est encore marqué par l'esclavage comme par exemple avec les crimes contre l'humanité, les génocides ou la torture. C'est l'Ordre des Avocats du Brésil qui dans le rapport de la commission, décrit les origines, les pratiques de l'esclavage ainsi que ses conséquences.

Le Brésil est le pays qui a accueilli le plus grand nombre d’esclaves au monde  et le dernier pays à abolir l'esclavage en Amérique en 1888, deux décennies après les États Unis.

Le métissage, répandu au Brésil, a contribué au mythe d'une démocratie raciale.
Le rapport a été élaboré sur des récits historiques, sur la cruauté à laquelle ont été soumis les esclaves brésiliens, la misère dans les bateaux, l'humiliation et la torture subit dans les exploitations de cannes à sucre et dans les mines d'or.

Le texte établit un lien direct entre l'institution de l'esclavage et le statut des personnes à la peau foncée aujourd'hui. Les statistiques ont montré que, bien que les noirs et métisses sont les personnes qui composent la majorité de la population (200 millions de personnes), ils restent très peu représentés dans des positions de pouvoir, ils sont victimes de crimes violents, ont tendance à vivre dans des logements insalubres , ont moins accès aux soins de santé et l'éducation, et gagnent moins que leurs homologues blancs. D'après le rapport, la société brésilienne contemporaine est encore lourdement persécuté par le fantôme de l'esclavage.
En plus, des excuses officielles sous la forme d'un décret présidentiel, le rapport a également déclaré qu'elle considérait la discussion "légitime" sur les réparations possibles pour les descendants d'esclaves.

Publié le 2/12/2015 par 20 minutos
http://www.20minutos.com/noticia/29362/0/brasil-abogados-piden-a-gobiern...