Skip to Content

Un mandat qui s'annonce compliqué pour le nouveau président argentin

3
Moyenne : 3 (1 vote)

La victoire de Macri contre son redoutable adversaire Scioli (qui provient du même parti politique que la présidente sortante) met fin a 12 ans de kirchnerisme (mouvement politique qui traduit de la politique de Nestor Kirchner et de sa femme, Cristina Fernandez de Kirchner, les deux présidents précédents). Cependant Macri était persuadé de gagner ces élections de 10 points, de prendre le pouvoir et d'arranger la situation du pays en pleine crise. Le scénario prévu par Macri ne s'est pas produit exactement comme ça, il n'a gagné que de moins de 3 petits points. Il doit maintenant gouverner avec beaucoup de prudence mais surtout en ne représentant qu'une minorité au Congrès et au Sénat. Dès le premier jour Macri a du traiter le sujet délicat de la vente de dollars qui était une de ses promesses.
Macri n'a pas voulu abordé en conférence de presse cette petite différence qui est pourtant l'une des clés de l’élection

Quelque uns de ses partisans pensent qu'au dernier moment, la campagne de Scioli lui a permis de gagner la périphérie de Buenos Aires. Macri a notamment perdu cette province depuis que son parti a réussi à s'imposer au sein du gouvernement, lors du premier tour, le 25 octobre, à la grande surprise de tout le monde. Macri préfère se concentrer sur la victoire, sur ce qu'il appelle le « cambio de época » traduisez « changement d'époque » en référence aux 12 dernières années de kirchnérisme. Il dit également « tout ce qu'il s'est passé ces derniers mois est inédit, et ressemble à un exploit ». Son bras droit insiste en disant « le second tour se gagne par un vote, le pays n'est pas divisé en deux, c'est bien une majorité qui veut plus de dialogue et de mesures, et c'est ce qu'elle aura »

Le parti « Cambiemos » (Changeons) de Macri aura que de 91 des 129 députés nécessaires pour faire passer un loi ainsi que seulement 15 des 37 sénateurs. Il va donc devoir négocier chaque loi. Il va également se retrouver avec les structures de l'Etat géré par des sympatisants du kirchnenisme.

Source :
http://internacional.elpais.com/internacional/2015/11/24/argentina/14483...
"La victoria ajustada complica un mandato en plena crisis", El Pais, 24/11/2015