Skip to Content

L'importance des réseaux sociaux durant les élections présidentielles en Argentine

5
Moyenne : 5 (1 vote)

La campagne électorale argentine est beaucoup plus intense sur les réseaux sociaux que nul part ailleurs. Tandis que les deux grands candidats sont plus occupé à parcourir le pays, ce sont donc les fidèles partisans des deux partis qui se livrent à une bataille plutôt tendue sur internet. Cette petite guerre nouvelle génération est cependant faite d'ironie, de génie, de bonne humeur et de créativité comme savent bien faire les argentins.

Fernández (présidente actuelle) a lancé une campagne présidentielle en soutien à son éventuel successeur (Scioli) qui démontre les conséquences d'une victoire de l'opposition, donc de Macri. Pour ce faire elle a lancé le hashtag #siganaMacri (si Macri gagne) suivi généralement d'un commentaire négatif. Cependant ces commentaires n'ont bien souvent aucun rapport avec la politique, ils sont très moqueurs, comme par exemple « Si Macri gagne, ton chien n'ira plus chercher le baton ».

Les équipes en charge de la communication sur les réseaux sociaux de chaque candidat travaillent donc à plein régime ces derniers jours. A défaut d'avoir un réseau saturé et qui ne fonctionne pas très bien, l'Argentine est l'un des pays d'Amérique Latine qui est le plus implanté sur internet, surtout en politique. Les deux candidats ont chacun 300 000 followers (« suiveurs »). En comparaison avec la France, Cristina Fernández a plus de 4 millions de followers alors que François Hollande ne dépasse pas les 1,2 millions.

Ainsi un simple statut sur twitter peut avoir une grande répercussion, le ministre des services sanitaires en a fait l'expérience en publiant sur son compte «  les 12 nouveaux centres de radiothérapie pour le traitement du cancer continueront leurs avancement si Scioli est élu. Réfléchissez bien à vos votes » de quoi créer polémique sur la toile. Macri a bien entendu démenti la fermeture de centres en cas de victoire. Ce tweet à tellement fait polémique que ce fameux ministre a même fait croire aux internautes que quelqu'un avait piraté son compte. Peu de personnes y ont cru puisque plusieurs tweets du même genre ont été posté ces derniers jours, en tout cas cela démontre bien l'importance des réseaux sociaux en période d'élection présidentielle.

La campagne négative contre Macri ne fait pas l'unanimité au sein du clan Scioli. « cette forme de politique sans cesse agressive fait mal au péronisme (mouvement justicialiste voir populaire des années 1940, mené par Juan Perón). Si le Général Perón se réveille deux minutes, il nous tue tous » affirme Pampuro, ancien ministre de la Défense, partisan de Scioli.
Malgré les doutes et la vitesse de Macri pour rendre la monnaie aux critiques de cette campagne, cette affaire paraît être la clé du possible succès de Scioli que les analystes voient difficile mais pas impossible.

Source :
http://internacional.elpais.com/internacional/2015/11/04/argentina/14466...
El Pais, "La batalla electoral argentina clave se libra en las redes sociales", 05/11/2015