Skip to Content

Le gaz de schiste réactive les tensions entre communautés indigènes et l'Etat

5
Moyenne : 5 (1 vote)

L'extraction du gaz de schiste a réactivé le conflit "indigène" en Argentine. Au niveau de la Vaca Muerta (la formation de pétrole et de gaz de schiste) vivent 22 communautés de mapuches. Ces derniers certifient ne pas avoir été consulté au sujet de l'exploitation de leurs terres. Ils réclament, à travers un porte-parole, Jose Nahuel, l'application de la Constitution, dans laquelle il est écrit que les communautés indigènes ont le droit de participer à la gestion des ressources naturelles du pays. Droits qui, ici, sont complètement violés par l'industrie du pétrole.

Les terres qu'ils utilisaient pour l'élevage font maintenant parties du site Lomo Campana, exploité par la compagnie YPF (entreprise nationale dédiée à l'exploitation du pétrole) en partenariat avec la société américaine Chevron. Les terres ont été transformées et les machines et produits utilisés pour la fracturation libèrent des substances chimiques qui se retrouvent très rapidement dans l'eau. Cela pourrait avoir des conséquences désastreuses dans le futur sur l'environnement et sur la santé des communautés qui vivent aux alentours. Cependant, selon Nahuel, les entreprises pétrolières continuent de déclarer que les techniques utilisées ne sont néfastes ni pour l'Homme ni pour l'environnement.

YPF, de son côté, affirme avoir négocié avec le gouvernement de la province de Neuquén pour obtenir l'autorisation de pratiquer la fracturation hydraulique sur ses terres car c'est lui qui détient les titres de propriété. La compagnie ajoute essayer d'entretenir les meilleures relations possibles avec les "occupants" de cette zone qu'ils soient mapuches ou non.

Micaela Gomiz qui travaille à l'Observatoire des droits humains des peuples indigènes de la Patagonie (ODHIP) soutient que les droits indigènes ne sont pas seulement constitutionnels car ils existent au delà de l'acceptation ou non de l'Etat (l'Argentine a longtemps nié l'existence des communautés indigènes sur son territoire). De plus, selon elle, ils devraient être consultés pour toute action qui pourrait affecter leur territoire.

A ce sujet, Nahuel demande à ce que la communauté soit interrogée par l'Etat pour savoir si elle est disposée ou non à accepter "un changement de vie". Or, en ce concerne la Vaca Muerta, il maintient que rien n'a été fait dans ce sens. En outre, il ajoute que des violations similaires ont également eu lieu dans les industries de soja et l'exploitation minière.

Dans ce pays de 42 millions d'habitants, près d'un million se reconnaissaient comme étant indigène en 2010. La majorité d'entre eux appartient aux peuples mapuches . Nahuel rapporte que sur les 70 communautés indigènes qui vivent à Neuquén (province) seulement 10% possèdent un titre de propriété. Il pense que c'est un moyen qu'utilise l'Etat pour octroyer aux entreprises plus de sécurité juridique car il est plus difficile pour eux de défendre des terres s'ils ne détiennent pas de reconnaissances officielles de propriété.

D'un autre côté, certains pensent que les mapuches profitent de la situation. Luis Sapag, délégué du mouvement populaire de Neuquén, a fait polémique en assurant que certains d'entre eux faisaient affaire avec YPF et que c'étaient eux qui avaient proposé leurs terres pour faire du profit. Le gérant de YPF ajoute qu'avant le début de leurs activités, aucun habitant ne s'était déclaré comme appartenant à la communauté mapuche. Nahuel a comparé cette réaction à celle qu'avait eu l'Etat lorsqu'il avait envahi le territoire mapuche.

Pour conclure, le dirigeant mapuche explique que l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels dans laquelle l'Argentine est devenue l'un des acteurs majeurs au niveau mondial provoque une énorme menace sur l'environnement (contamination des sols, pollution de l'eau) et sur les peuples. Il finit par confier qu'une fois YPF partie, il n'y aura plus de futur possible pour les mapuches puisqu'elle ne laissera derrière elle que "pollution et mort".

IPS, le 14/11/2014
http://www.ipsnoticias.net/2014/11/petroleo-de-esquisto-reactiva-conflic...