Skip to Content

Le décryptage du second tour argentin

3
Moyenne : 3 (1 vote)

Les résultats des élections argentines de dimanche dernier (le 25/10/2015) ont envahi de peur et de frustration le kirchnerisme de Cristina Fernández ainsi que son candidat présidentiel, Daniel Scioli. A l'inverse les partisans de Mauricio Macri (le grand concurrent de Scioli) fut très surpris (positivement) du résultat de ce dernier. En ce qui concerne les Argentins ils vont devoir attendre avec patience le second tour (22 novembre) pour savoir qui résidera dans la Maison Rose (l’Élysée argentin). Ce qui préoccupe vraiment les Argentins c'est de savoir si le pays va vraiment changer pour améliorer leurs vies ou si il finalement rien en changera.

C'est donc l'alternative que propose ce ballottage avec à peine deux points de différence entre les deux principaux aspirants à diriger la nation :

- Scioli, devra mieux dissimuler ses dissidences en ce qui concerne la présidente actuelle et cela durant une bonne période de son mandat (si jamais il gagne) car Cristina Fernández, malgré le coup dur de ces élections, à toujours du soutient derrière elle, des représentants et des agents fidèles dans tous les recoins du monde politique argentin.

- Macri, leader de la coalition civique « Cambiemos » (« Changeons ») a annoncé des changements essentiels en Argentine. D'entrée de jeu, les dialogues ainsi qu'une gestion efficace seront mis en place afin de sauver les citadins de l'héritage économique et des manières charismatique de Fernández.

Ce qui est le plus intéressant dans ce second tour ce n'est pas tellement le commencement de la fin du kirchnerisme, c'est plutôt qu'avec ces votes les citoyens argentins ont rendu public le désir de changer de politique et de "supprimer" l'ancien régime. Ils ont bien envoyé leur message inspiré par les consignes de Macri qui a dit dans la nuit de lundi à dimanche (juste après le 1er tour) « Aujourd'hui il change la politique de ce pays » (le peuple)

Source :
El Mundo, « El mensaje real de las papeles », 27/10/2015
http://www.elmundo.es/internacional/2015/10/27/562e612446163fc4438b4572....