Skip to Content

Inflation et grèves, l'Argentine dans une impasse

5
Moyenne : 5 (1 vote)

En Argentine, depuis début novembre, les grèves se multiplient dans divers secteurs de l'économie (éducation, banque, transport, industrie du pétrole...). Les grévistes réclament une augmentation de leur salaire pour pouvoir faire face à la très forte augmentation des prix et protestent aussi contre une taxe de 35% sur leurs salaires qui réduit de manière encore plus importante leur pouvoir d'achat. La situation économique en Argentine est très inquiétante. D'un coté, l'inflation atteindra les 41% selon les estimations privées (21% selon les statistiques officielles) sur l'année en cours. D'un autre côté, le pays connaîtra, en plus de cette considérable inflation, une chute du PIB de 2% pour l'année 2014. Les syndicats sont même allés jusqu'à présenter leurs préoccupations par rapport à la dégradation socio-économique devant le pape François.

Les travailleurs du transport ont été les derniers à rejoindre les rangs des grévistes. Ils ont déclarés que le gouvernement était responsable des manifestations car ils ne répondaient pas à leur requête (une augmentation de 23% de leurs salaires). Les enseignants, quant à eux, réclament 33% d'augmentation. Dans les deux cas, l'Etat a répondu avoir investi des sommes colossales dans leurs secteurs respectifs. Les étudiants sont eux aussi descendus dans les rues. Les syndicats du pétrole réclament également une compensation.

Le mécontentement grandit aussi depuis qu'un quotidien brésilien "El Estadão" a publié un article dans lequel il montre (en s'appuyant sur ses déclarations au "fisc") que le patrimoine de la présidente argentine, Cristina Kirchner, a augmenté de 687% depuis 2003. Il serait passé de 7 millions de pesos à 55 millions. A la suite de cela, la Justice a, notamment, ordonné l'inspection de documents comptables d'une entreprise qui gère un hôtel appartenant à la Chef de l'Etat. Action aussitôt décriée par le gouvernement qui l'a qualifié de "persécution claire et de harcèlement de fonctionnaires".

Parallèlement, l'Administration fédérale des recettes (AFIP) a également mené des opérations dans de nombreuses institutions financières après avoir remarqué des incohérences fiscales dans les comptes d'entreprises qui opèrent à travers des sociétés de courtage.

Avec tous ces problèmes auxquels on peut ajouter la chute importante des exportations, on peut se demander si l'Argentine réussira à se sortir de cette impasse politique, sociale et économique.

Dirigentes digital, le 25/11/2014
http://www.dirigentesdigital.com/articulo/mercados/latam/217640/huelgas/...

Clarin, 16/11/2014
http://www.ieco.clarin.com/economia/Argentina-Venezuela-Cristina-Maduro-...