Skip to Content

Election présidentielle en argentine : Un résultat qui surprend !

3
Moyenne : 3 (1 vote)

Difficile d’expliquer ce qui est arrivé entre les primaires présidentielles du mois d’Août passé et les votes du premier tour de dimanche dernier, en seulement deux mois les préférences des argentins ont changées du tout au tout. Le candidat présidentiel péroniste, Daniel Scioli, soutenu par l’actuelle chef d’Etat, Cristina Fernandez de Kirchner, est descendu de 38,4% à 36,5% après le dépouillement du scrutin de 94 ,44% des votes. L’alliance Cambiemos, dont le libéral Mauricio Macri est le leader, est passée de 30% à 34,6%. Le péronisme opposant, dont Sergio Massa est à la tête, est monté de 20,6% à 21,2%.

En effet, le politique libéral Macri, actuel maire de Buenos Aires, a récolté 1,6 millions de votes de plus et le député péroniste opposant, 500 000 de plus.

Cela s’explique notamment par le fait que ce dimanche, beaucoup plus d’argentins ont été voté que prévu, et ce avec colère, dans le but de punir l’élection de Cristina Kirchner. La participation en Août avait été de 74% seulement. Aujourd’hui, elle est de 80,8%. Cela représente tout de même 2,1 million de personnes en plus.

Cette fois, beaucoup n’ont pas pu aller voter à cause des inondations qui ont touchées la province de Buenos Aires, que gouvernait Scioli. Ce dernier, a été critiqué non seulement pour le manque de prévention concernant les inondations mais aussi parce qu’après les élections et en pleine urgence, il est parti en Italie sous prétexte qu’il devait s’occuper de son bras orthopédique et rencontrer le Premier Ministre italien Matteo Renzi.

De plus, bien qu’elles soient obligatoires, les primaires ont moins motivées la population que l’élection présidentielle à laquelle les citoyens de 18 à 69 ans répondent présent par obligation de voter, et d’autre part, à laquelle les jeunes de 16 et 17 ans et les plus de 70 ans ont le libre choix d’aller voter ou non.

Il est probable que Macri ait récupéré les votes dédié à Margarita Stolbizer en Août, que Scioli, lui, ait récupéré ceux de Nicolas del Cano. Et enfin, que Massa ait récupéré ceux de Adolfo Rodrgiuez Saa.

D’autre facteurs liés aux élections locales qui avaient eu lieues en même temps que les présidentielles ont été bénéfiques à Macri au dépit de Scioli.

Selon des sondages, l’insécurité, la politique économique et la corruption sont trois des principales préoccupations de la société argentine. Aucun des trois n’a empiré ces trois derniers mois, mais aujourd’hui, l’incertitude économique demeure un mystère. Et l’inquiétude concernant la corruption, bien qu’elle ait affecté la campagne du parti politique de Macri, a probablement porté plus préjudice au Kirchnerisme. En effet, ce dernier présente des candidats suspectés de participer à cette corruption et a fait preuve d’irrégularités concernant l’élection de Tucuman en province du Nord. De plus, le parti Kirchnerien aurait favorisé l’absence de Scioli au premier débat présidentiel télévisé de l’histoire d’Argentine.

EL PAIS, 27 Octobre 2015
http://internacional.elpais.com/internacional/2015/10/26/argentina/14458...