Skip to Content

Des documents officiels argentins confirment que Videla et Fidel Castro se sont mutuellement appuyés durant leur dictature.

3
Moyenne : 3 (1 vote)

Des documents officiels argentins confirment que Videla et Fidel Castro se sont mutuellement appuyés durant leur dictature.

On le savait déjà, la dictature argentine d'extrême droite (1976 – 1983) avec à sa tête Videla, et le régime socialiste cubain mené par Fidel Castro s'entendaient à merveille. Mais désormais, des documents officiels et secrets ont été retrouvés et mis à la lumière, certifiant leur relation très proche.

Le ministère argentin des affaires étrangères a publié 70 communiqués de l'ambassade de La Havane, prouvant le soutien mutuel entre les deux dictatures, qui pourtant partagent des idéologies totalement opposées. Suite à cela, le ministère a également annoncé le lancement d'un outil virtuel qui permettrait l'accès à plus de 5800 fichiers archivés. La majorité de ces documents, signés par l'ambassadeur argentin Raul Medina Munoz, concernent l'appui mutuel des deux dictateurs.
En Aout 1977, des documents montrent le soutien apporté par Jorge Videla à Fidel Castro à l'ONU, afin qu'il puisse intégrer le Conseil Exécutif de l'OMS. En contre partie, Castro a appuyé l'Argentine pour qu'elle soit réélue dans le Conseil Economique et Social de l'ONU. Leur action ont été mené à bien par un échange de votes.

Malgré les tensions qui ont pu naître entre les deux nations dans les années 60, par le biais du révolutionnaire Che Guevara qui a impulsé la guérilla en Argentine, Fidel Castro ne s'est jamais levé contre la guerre sale qu'a mené Videla durant cette période. Ce dernier a séquestré et fait disparaître un grand nombre des soldats de Castro en les lançant vivants dans la mer, plus connus sous le nom du "vol de la mort".
Entre 1976 et 1983, la Commission des Droit de l'Homme de l'ONU débattait chaque année sur la possibilité d'envoi de commissions de recherche au sein des pays depuis lesquels elle recevait des dénonciations concernant des violations des droits de l'Homme. Bien entendu, l'Argentine et Cuba en faisaient partie. Ce qui a amené à une nouvelle scène de coopération entre les deux dictatures. Les représentants du dictateur cubain dans le Comité des Droits de l'Homme de l'ONU n'ont jamais voté pour la dénonciations de la dictature argentine. En retour, ceux de Videla ne l'ont pas fait non plus. Ils ont tous deux voter contre chaque résolution du Comité visant l'un ou l'autre.
De plus, il a été découvert que Castro a offert des troupes et du matériel de guerre aux militaires argentins afin de se joindre à lui dans la guerre contre la Grande-Bretagne pour la possession de l'archipel australe. Une guerre qu'ils ont par ailleurs perdu. A cette époque, Cuba était déjà connu comme le satellite de l'URSS en Amérique Latine. Ainsi, suivant les relations diplomatiques soviétiques avec Cuba, Buenos Aires se sont très bien entendu avec ceux-ci. Pour preuve, l'URSS était le premier acheteur de céréales argentins.

Il convient de rappeler que l'échange de votes qui a eu lieu entre les deux dictatures lors des différentes élections au sein des organisme de l'ONU, n'était pas un secret, mais plutôt un lapsus volontaire de mémoire de certains secteurs de la classe politique argentine, et plus particulièrement du gouvernement actuel, qui a fait de l'amitié avec Cuba et de la défense de la dictature castriste, l'un des axes principal de sa politique étrangère.
Depuis 2003, le gouvernement argentin maintient des relations cordiales avec Cuba. La présidente Cristina Fernandez de Kirchner a annoncé avoir été reçu par l'ancien dictateur à l'occasion de son premier voyage à Cuba en 2009. Elle a annoncé en cette occasion, qu'elle considère Fidel Castro comme une distinction pour tout le peuple argentin et que celui-ci aime profondément l'Argentine et son peuple. En effet, Fidel Castro ne s'est non seulement pas prononcé sur les crimes du régime totalitaire argentin, mais lui a également apporté un appui diplomatique et a aussi collaboré pour éviter l'isolement et la condamnation de l'Argentine aux forums internationaux pour ses violations massives des Droits de l'Homme.

Source :
Article paru dans "El Mundo", le 20 novembre 2014 : "Documentos oficiales argentinos confirman que Videla y Fidel Castro se apoyaron mutuamente" : http://www.elmundo.es/internacional/2014/11/20/546dfa6f22601d5d038b4578....

Source complémentaire :

Article paru dans "Grupo-ciudad.com", le 20 novembre 2014 : "Archivos oficiales confirman la complicidad de Fidel Castro con la dictadura de Videla" : http://www.grupo-ciudad.com/nota/3186/archivos-oficiales-confirman-la-co...