Skip to Content

Argentine : Les partisans du mouvement kirchneriste dans les rues

4
Moyenne : 4 (1 vote)

Cela fait une semaine que le libéral Mauricio Macri est à la tête du gouvernement argentin. Cependant les partisans du mouvement Kirchnerien pour protester contre les premiers moyens adoptés. Ils étaient environ 15 000 d'après les organisateurs à manifester leur désaccord face au décret que le nouveau président argentin a désigné ce mardi à deux magistrats de la Cour Suprême du pays. Ce dernier défend la loi de la régulation des médias audiovisuels qu'avaient rejetés le gouvernement de Cristina Fernàndez de Kirchner.

Une première contestation a eu lieue, celle sur l'élection de deux magistrats par décret pour compléter les deux postes vacants des 5 membres du tribunal de grande instance. Les députés kirchneristes sont au nombre de 96, ajoutés à cela leurs alliés, ils sont 111 sur 257 dans une chambre où aucun partis ne compte comme la majorité absolue. Selon eux, le décret du président est inconstitutionnel car la Constitution prévoit que les juges de la Cour Suprême soient nommés par les deux-tiers du Sénat. Ce qui n'est pas le cas, car ici, le mouvement kirchneriste a le contrôle, 41 bancs sur 72.
Pour sa défense, Macri fait valoir qu'un article de la constitution lui permet de nommer les magistrats par décret pendant la période de renfoncement législatif de l'été austral et jusqu'à ce qu'ils soient ratifiés ou rejetés par le Sénat en Mars.

Le décret sur la modification de la loi pour les médias a fait polémique dès la premières semaine de son élection. Le President prétend, grâce à ce décret, unifier les organismes régulateurs des médias audiovisuels et de la télécommunication.

Cependant le ministre de la communication se veut rassurant auprès des partisans du kirchnerisme : "les médias vont continuer à se faire concurrence librement sur le marché et nous tâcherons d'aider les plus petits".

Ces différentes manifestations ont été l'occasion pour Scioli, ex-candidat aux présidentielles et partisan du mouvement kirchneriste, de critiquer devant la presse les premières mesures économiques prises par Macri. Ce dernier indiquant que ces différentes mesures prises affectent le pouvoir d'achat des travailleurs et pourraient créer du chômage, telles que la suppressions de certaines subventions, l'ouverture de l'économie, les barrières aux importations, etc...

L'affaire reste à suivre, si Scioli dit vrai ou non. Dans tous les cas, Le gouvernement de Macri, promet qu'il y aura la montée d'une opération d'aide sociale ces prochains jours.

El Pais, le 18/12/15
http://elpais.com/m/internacional/2015/12/18/argentina/1450399240_891506...