Skip to Content

Argentine : Le travail des enfants réduit de moitié

4
Moyenne : 4 (1 vote)

Le travail infantile est, aujourd'hui encore, une question de société en Argentine.

Le gouvernement argentin constate une diminution de 50% du taux de travail infantile de 2004 à 2012. Avant cette baisse, on estimait 7,8% des enfants âgés de 5 à 15 ans comme travailleurs. En 2008, la loi de l'âge minimum légal pour travailler est modifiée, passant celui-ci de 14 ans à 16 ans. Depuis trois ans, le nombre d'enfants travailleurs de moins de 16 ans est ainsi descendu à 3,4%.

Est compris dans cette idée de "travail infantile", le travail en dehors ou au sein du domicile familial, par exemple la réalisation de tâches domestiques intenses, et toutes activités pouvant affecter l'éducation de l'enfant.

De 2001 à 2002, période de crise économique, il était courant de voir des enfants dans les rues principales de Buenos Aires proposer leurs services de nettoyage des pare-brises aux automobilistes. Ce que l'on ne voit plus aujourd’hui.

Carlos Tomada, membre du ministère du travail argentin, a permis aux salariés victimes de la crise de 2001 de récupérer leur emploi et leur salaire. De plus, lors de la crise mondiale de 2009, il a mis en place des allocations familiales mensuelles pour les parents aux faibles revenus, incitant ainsi ces derniers à scolariser leurs enfants, de moins de 18 ans, et à leur réaliser plus régulièrement des contrôles médicaux. Ce sont, selon lui et le gouvernement, ces mesures qui ont permis cette baisse du taux de travail infantile.

Toutefois, d'après la sociologue Ianina Tunon, cette diminution du travail des enfants n'est pas aussi importante que l'annonce le gouvernement argentin. Selon ses études sur le sujet, en 2010, il y avait 18,8% d'enfants travailleurs de moins de 18 ans; des chiffres descendus à 12,4% en 2014. Toujours d'après cette sociologue, cette diminution serait uniquement due à l'arrivée des allocations familiales, et non à l'augmentation de l'emploi chez les adultes dont la croissance est restée stable.

En 2013, la campagne de l'ONG "Un rêve pour Misiones" a démarrée suite au décès de trois adolescents lors du déchargement d'un camion de maté. Selon cet organisme, des enfants, dès l'âge de 5 ans, aideraient leurs parents dans les champs pour les récoltes, de façon à gagner plus d'argent.

Sara Canepa, avocate pour enfants, remet en question le contrôle du travail des enfants de la part des syndicats et des autorités. Elle dénonce le manque de vigilance à l'égard de la légalisation du travail infantile dans les productions télévisés et "l'intérêt" de la politique de crèche pour éviter que les parents mendient avec leurs enfants.

El PAIS, le 7 Septembre 2015
http://internacional.elpais.com/internacional/2015/09/07/actualidad/1441...